L’OMS classe les radiofréquences comme potentiellement cancérigènes

L’OMS classe les radiofréquences comme potentiellement cancérigènes
Be Sociable, Share!

Le Centre international de recherche sur le cancer, agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé, a annoncé aujourd’hui qu’il classait les champs électromagnétiques de radiofréquence, qui incluent les téléphones portables, comme « peut-être cancérogènes pour l’homme« . Pour ceux qui, comme moi, dénoncent depuis des années les dangers pour la santé, des ondes générées par la téléphonie mobile, nous arrivons à un tournant politique. Il n’est plus possible de rester dans la posture du « déni du risque » et il est urgent de prendre rapidement des mesures réglementaires de prévention et de précaution pour les utilisateurs de portables et pour les riverains d’antennes-relais.

Priartem, premières réactions

Il s’agit d’une étape extrêmement importante dans le dossier « téléphonie mobile et santé ».

Pour la première fois, la reconnaissance de la cancéroginicité potentielle est reconnue et ceci au niveau le plus élevé des agences de santé puisqu’il s’agit de l’OMS. Une fois le risque reconnu, le problème devient essentiellement politique.

Des mesures doivent être prises immédiatement tant au niveau international qu’au niveau des Etats pour le réduire. Pour cela, il est nécessaire :
- de réduire les niveaux expositions tant pour les utilisateurs de portables que pour les riverains d’antennes ;
- il faut réduire les sources d’exposition, en rappelant que les connexions filaires doivent être privilégiées chaque fois que cela est possible (utilisation du téléphone filaire à la maison ou sur les lieux de travail, connexion internet filaire avec facilité de désactivation du WiFi sur les box… ) ;
- il faut informer largement sur les risques et tout particulièrement sur les risques pour les enfants ; il faut interdire les produits spécifiquement destinés aux enfants.

A partir d’aujourd’hui, plus personne ne pourra dire « le risque n’existe pas » et chacun à son niveau – politiques, opérateurs, employeurs, utilisateurs, parents,… – devra en tenir compte

Be Sociable, Share!

A propos de l'auteur