Le Maire s’est pris les pieds dans le calendrier !

Le Maire s’est pris les pieds dans le calendrier !
Be Sociable, Share!

J’ai écrit, à titre personnel, au maire de Nogent-sur-Marne lundi 11 mars 2013 pour lui demander de changer la date du prochain conseil municipal, qui prévoit le vote du budget 2013.

L’emmêlement se répète

En effet, Jacques JP Martin a programmé cette séance importante de notre assemblée le lundi 25 mars, jour de la soirée du début des fêtes de Pessah, la Pâques juive.

J’ai écrit à Jacques JP Martin avec l’idée que, lorsque c’est possible, un maire doit faire en sorte que tous les élus et tous les citoyens puissent participer sereinement à la vie de la cité.

Jacques JP Martin m’a opposé un refus. Mais ce n’est pas tout. Il a métamorphosé la demande que j’avais effectuée, pointant d’abord que cette date ne convenait pas mieux aux personnes d’obédience catholique car le 25 mars est aussi l’ouverture de la Semaine sainte. Pourquoi en aurais-je fait état puisque ma démarche était toute personnelle ? Pour rappel, c’est la deuxième fois en quatre ans que la situation se présente : déjà, en 2010, la date du vote du budget avait coïncidé avec la soirée de début des fêtes de Pessah auquel, pratiquants et laïcs –dont je suis – sont notoirement très attachés.

L’art de requalifier un sujet

Ensuite, dans le même courrier, Jacques JP Martin m’a soupçonné d’être animé par des arrière-pensées politiques.

Pour ma part, je m’en tiens aux faits : la réponse qu’il a faite à ma lettre personnelle a été en partie rendue publique (*). Elle l’a été par Jacques JP Martin. Ce n’est rien d’autre que prendre l’initiative de politiser le sujet de l’échange privé Marc Arazi- Jacques JP Martin.

Maintenant, je défends l’espace de débat public que représente Nogent citoyen, que je n’ai donc pas sollicité. Même si je regrette l’accent sensationnaliste de notre media local. « L’affaire » ne méritait pas du tout d’être classée dans la catégorie du « religieux ». Ni qu’on convoque le pape pour justifier ce classement. Il n’en demeure pas moins qu’en qualité d’ardent défenseur de la transparence, je considère qu’il n’y a pas de sujet de discussion qui soit tabou. Par conséquent, loin de moi l’idée de fuir le débat qui est lancé : je ne m’autocensurerai pas et je fais confiance aux Nogentais pour prendre ce sujet avec responsabilité et discernement.

Ma demande est parfaitement « républicaine »

En effet, la question que j’ai posée à Jacques JP Martin concerne l’organisation du calendrier des conseils municipaux, et, précisément, du choix des dates des séances pendant lesquelles notre assemblée vote le budget.

Et je demande si le rôle d’un maire n’est pas, quand il planifie les dates de conseils municipaux, de prendre en compte la structure de notre société. Autrement dit les contraintes confessionnelles ou tout simplement familiales –c’était de ces dernières dont j’arguais– de tous les élus et de tous les citoyens. Ne le fait-il pas en évitant de fixer les rendez-vous de notre assemblée pendant les vacances scolaires ?

Je considère qu’il est parfaitement « républicain »  de réclamer que le calendrier des conseils municipaux qu’arrête Jacques JP Martin soit mieux organisé.

Que c’est dommage !

Bien entendu, je suis convaincu que Jacques JP Martin n’était animé d’aucune mauvaise intention en programmant, pour la deuxième fois en quatre ans, le vote du budget le jour de la soirée du début des fêtes de Pessah. Ce n’est certainement pas le maire de Nogent-sur-Marne qui s’emploierait à se priver d’un de ses son principaux contradicteurs pour voter de manière plus expéditive le budget 2013. Ce n’est certainement pas Jacques JP Martin qui voudrait s’épargner d’entendre que les finances de la Ville se dégradent. Non, je ne vois pas dans cette coïncidence la moindre malice… Je n’y vois même pas la faute à « pas d’chance » : même le sort n’oserait pas intercéder dans les décisions du maire de Nogent-sur-Marne. Je ne vois donc bien dans cette décision que ce qui y est : affaire d’inorganisation. Alors oui, Jacques JP Martin s’est emmêlé les pieds dans le calendrier ! Que c’est dommage !

(*) Voir également l‘article du Parisien 94.

Be Sociable, Share!

A propos de l'auteur