Première réaction de Marc Arazi, Conseiller municipal à Nogent-sur-Marne: Grand Paris : rien de « nouveau » !

Première réaction de Marc Arazi, Conseiller municipal à Nogent-sur-Marne: Grand Paris : rien de « nouveau » !
Be Sociable, Share!

Jean-Marc Ayrault a rendu hier, mercredi 6 mars, ses arbitrages sur le projet du Grand Paris.

Je suis rassuré sur certains points qui concernent les transports, notamment l’octroi d’une enveloppe destinée à moderniser au plus vite les transports existants et la confirmation du chantier Orbival, même si je continue de déplorer que ses premiers trains circulent… en 2030 ! Ce n’est pas demain que le quotidien éprouvant des Franciliens va s’améliorer !

Mais j’ai une vraie divergence de vue structurelle avec le Premier ministre. Celle-ci tient dans l’objectif inchangé du SRDIF, qui consiste à densifier encore et toujours l’Ile-de-France.

Je me réjouis de voir que j’ai été parmi les premiers élus à qualifier le projet du Grand Paris de « pharaonique ». Je ne suis pas surpris qu’il verse dans l’excès.

En pensant le Grand Paris, c’est l’ambition des concepteurs qui a prévalu sur le besoin des habitants d’Ile-de-France. L’ambition de créer une mégalopole capable de concurrencer les autres « villes monde ». Autrement dit l’ambition de continuer à densifier l’Ile-de-France pour boucher les rares espaces de respiration entre le cœur parisien et ses couronnes. Est-le modèle dont rêvent les Franciliens ? Sachant que, dès que ce dernier aura pris corps, on peut légitimement s’attendre à l’augmentation du prix du logement… et à la réplication des actuelles difficultés de transport sur les nouveaux réseaux. Ou comment programmer une course (perdue d’avance) des transports après l’urbanisation galopante.

Enfin, je m’inscris dans un désaccord total avec le choix de Matignon, qui entend boucler le budget du Grand Paris Express en augmentant le tarif des PV de stationnement aux automobilistes. Comme si les citoyens avaient encore, en ces temps extrêmement difficiles,  « de la ressource » ! Le gouvernement va devoir affronter un tollé justifié. Le projet du Grand Paris n’en avait pas besoin. Au contraire. Car seul un élan peut porter un projet « pharaonique ». C’est donc de l’adhésion des citoyens et de leurs élus dont celui-ci a besoin !

Be Sociable, Share!

A propos de l'auteur