Ma réaction suite à l’article du Canard enchaîné dans le contexte de l’affaire Cahuzac

Ma réaction suite à l’article du Canard enchaîné dans le contexte de l’affaire Cahuzac
Be Sociable, Share!

« Vous savez, les gaullistes et les communistes se sont déjà rencontrés plusieurs fois dans l’histoire de France… ». C’est au nom de l’Histoire que Jacques JP Martin, maire UMP de Nogent-sur-Marne et conseiller général du Val-de-Marne, justifie, dans Le Canard enchaîné du mercredi 20 mars 2013, l’entente contemporaine de l’UMP et du PC pour gouverner les syndicats tentaculaires qui régissent eau et électricité de la région d’Ile-de-France.

C’est au nom de la solidarité dans la Résistance à la barbarie que Jacques JP Martin revendique les petits arrangements d’aujourd’hui. En somme, à en croire Jacques JP Martin, il serait tout bonnement… naturel que deux partis (si l’on considère que l’UMP est la fille légitime du gaullisme…) qui se sont soudés contre le nazisme se partagent équitablement la gouvernance de ces syndicats aux budgets ventripotents. En clair, pourquoi s’offusquer que PC et UMP « s’arrangent » pour partager les présidences et vice-présidences de ceux-ci, voire se soutiennent systématiquement mutuellement ?

Une gouvernance harmonieuse qui, concernant le Siaap (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne), surprend aujourd’hui, comme le révèle Le Canard enchaîné, la brigade de répression contre la délinquance économique…
lire l’article du canard

On n’est jamais mieux servi que par soi-même !
Bien sûr, il existe une autre explication que celle que Jacques JP Martin veut bien donner à l’entente aussi iconoclaste que durable du PC et de l’UMP pour gouverner ces syndicats. Et même un intérêt. L’intérêt d’une corporation. De la corporation des professionnels de la politique. Qu’ils soient PC ou UMP, ou autres, ils se retrouvent sur l’essentiel à leurs yeux : sauver leur pouvoir. Certes, l’affaire a moins d’allure qu’en 39-45, quand il s’agissait de sauver la peau des peuples opprimés.

Mais force est de constater que la motivation est intacte, voire… supérieure ! Comme l’écrit Le Canard, on « alterne » les postes de président ou de vice-président. Puisque l’on partage équitablement. La « classe politique » ne sera jamais mieux gardée que par elle-même !

Cahuzac, l’arbre qui cache la forêt
Voilà pourquoi cette même classe politique n’a pas dit mot quand elle entendait mentir Jérôme Cahuzac. Sans le courage et la pugnacité d’un media indépendant, Mediapart, imperméable aux pressions de droite et de gauche, l’Une et l’Autre se seraient tues jusqu’à étouffement. Car ce sont tous les professionnels de la politique qui, à travers les soupçons nourris à l’endroit du ministre du budget… se sentaient visés.

Au-dessus de l’intérêt des partis, il existe un intérêt supérieur : celui de la corporation. A croire que ses divisions ne sont que des postures qui servent à entretenir des conversations de salon.
En témoigne la promesse électorale n° 48 de François Hollande, qui ne sera pas tenue… dans ce qui pouvait la faire tenir. La classe politique ne se renouvellera pas avec une loi sur le non-cumul des mandats tardive et restrictive. Le rapiéçage d’un vieil habit n’a jamais valu son remplacement.

Nogent-sur-Marne doit retrouver sa liberté de choix !
Résultat : les citoyens ne se reconnaissent plus dans ceux qu’ils élisent car ces derniers ne les représentent plus. Ils traînent d’ailleurs de plus en plus des pieds pour aller les élire. Ou bien glissent, désabusés, des bulletins de vote extrémistes dans les urnes.
Pourtant, face à cette situation,  il ne faut surtout pas se résigner. En effet, nul besoin de couper la tête à quiconque pour se remettre sur les pieds. Il suffit de se concentrer sur la morale de la vie publique. Il suffit et il n’y a pas d’autre solution.

Aussi suis-je déterminé à me battre contre vents et marées pour contribuer à instaurer l’éthique neuve dont nous avons tous besoin. Pour ce faire, il me paraît urgent que les membres de la société civile participent beaucoup plus qu’aujourd’hui à la gouvernance des territoires. Qu’ils se réapproprient le terrain. Leur indépendance d’esprit et la mise en place de nouvelles règles démocratiques seront les garanties nécessaires et suffisantes pour que seul l’intérêt général prévale. Car en 2013, il n’est plus acceptable que PC et UMP continuent, en petit comité arc-bouté sur ses prérogatives, de définir la carte politique du territoire du Val-de-Marne.

Et Nogent-sur-Marne entend bien reprendre sa liberté de choix !

Be Sociable, Share!

A propos de l'auteur