A la barre de l’opposition dans une fin de mandat à haut risque pour l’avenir de Nogent-sur-Marne

A la barre de l’opposition dans une fin de mandat à haut risque pour l’avenir de Nogent-sur-Marne
Be Sociable, Share!

L’idée que l’intérêt général des Nogentais puisse être mis entre parenthèses me hérisse. Or, nous sommes entrés dans une période de mises entre parenthèses. J’utilise le pluriel parce que j’en compte deux types. La mise entre parenthèses qui correspond au ralentissement de l’activité économique dû aux congés d’été et celle qui correspondrait à un relâchement de l’action politique –j’utilise le conditionnel à dessein. C’est de ce dernier dont je voudrais cette semaine vous parler. L’idée ne m’en est pas venue hier. Mais elle s’est considérablement renforcée lundi.

Mano à mano au conseil municipal
Lundi, c’était séance de conseil municipal. Vous l’avez peut-être déjà visionné. Je vous laisse apprécier l’énergie de mon combat, à la fois pour défendre le respect des principes et des valeurs démocratiques et pour revendiquer une bonne gestion de notre ville.
voir la vidéo
lire l’article de Nogent citoyen

Je vous laisse apprécier comment le maire de Nogent-sur-Marne s’est une nouvelle fois comporté à mon endroit. De mon côté, je n’ajouterai pas de commentaire aux images, qui se suffisent à elles-mêmes. Du moins n’en ajouterai-je pas maintenant.

Je reviens donc au potentiel relâchement de l’action politique. Autant le ralentissement de l’activité économique et sociale peut s’expliquer, autant la démobilisation des élus est à mes yeux incompréhensible et inexcusable.

Les électeurs nous ont confiée la mission de les représenter. Alors faisons le bien et jusqu’au bout du mandat.

Confusion entre bilan et fin de mandat
L’entrée en pré campagne électorale ne sonne pas le glas d’un mandat. Et c’est heureux. En revanche, le climat de cette période grise l’est moins. La fin d’un règne peut –c’est un exemple – générer des peurs paniques.

On concentre alors le gros d’un effort qui aurait dû être produit depuis longtemps dans ce temps gris rétréci. La hantise est de préparer l’avenir en deux coups de cuillère à pot. Pour se prévaloir d’un bilan –il est l’heure… – on se précipite.

Ou bien pire, on précipite le temps de la « concertation avec la population » –et bien entendu avec les élus d’opposition qui en défendent l’absolue nécessité. Comme, à Nogent-sur-Marne, pour le PLU que le maire a décidé de faire avaliser lors du CM du 8 juillet prochain (voir la photo du dossier de plusieurs centaines de pages reçue hier soir par porteur (sic) à 22h30 à mon domicile).

De l’intérêt, pour Jacques JP Martin, de passer en force
Seulement voilà, quand on bâtit un bilan à des fins tactiques, on met l’intérêt de l’ensemble des citoyens entre parenthèses. Mais au nom de quel intérêt agit-on alors ? Le sien, pardi.

Voilà comment cet éternel candidat est tenté de choisir le moment où ses opposants baissent leur vigilance pour passer en force des délibérations capitales qui le dédouanent de son retard et qui hypothèquent leur avenir.

Penser au Nogent de demain à condition d’aller jusqu’au bout d’aujourd’hui
Jacques JP Martin continue d’être Jacques JP Martin, toujours aussi soucieux de récolter les fruits de sa politique clientéliste… – C’est, au passage, une page qu’il est urgent de tourner !

Je le dis d’autant plus aisément que moi-même, sur l’échiquier des forces en présence, je suis du côté des Nogentais. Moi aussi, je pense au Nogent de demain. Pour autant, j’assurerai mes fonctions d’élu jusqu’au dernier jour, c’est-à-dire jusqu’à la veille des élections municipales de mars 2014.

Un mandat n’est pas l’entracte de deux élections
Dans un mandat, il n’y a pas d’entracte entre deux élections. C’est pour les défendre d’ici à 2014, jusqu’en mars très exactement que j’ai été élu par les Nogentais. En clair, période grise ou non, j’amplifie mon effort.

Je combats, sur la forme et sur le fond, un nième cadeau aux promoteurs au 162 grande rue, spécialement quand les Nogentais manquent cruellement de places de crèche.
lire l’article de Nogent citoyen

Je regrette la légèreté avec laquelle de nouvelles antennes relais vont être installées au stade sous la Lune, quand même la loi recommande désormais de protéger les enfants des risques potentiels du côtoiement des ondes.

Je dénonce et obtiens gain de cause, au 9-11 avenue de Joinville, les pirouettes qui ont rapporté à la Ville une bande de terrain sans la payer (dernière minute le maire va devoir annuler la délibération).
lire l’article de Nogent citoyen

Et non seulement je dis pourquoi et comment, à chaque fois, Jacques JP Martin dessert l’intérêt des Nogentais, mais j’agis. J’aime trop Nogent pour ne pas préparer au mieux une alternance souhaitée par de nombreux Nogentais..

Be Sociable, Share!

A propos de l'auteur