Le tweet du maire qui me consacre leader de l’opposition nogentaise

Le tweet du maire qui me consacre  leader de l’opposition nogentaise
Be Sociable, Share!

Dans une discussion, on est qualifié d’« incompétent » au moment exact où son interlocuteur s’aperçoit qu’il a tari sa réserve d’arguments. Sachant qu’il a tort, cet interlocuteur comprend soudain qu’il échouera à démontrer qu’il a raison. Ce faisant, il vous instruit un procès personnel…Bref, il juge soudain son adversaire « incompétent » comme il crierait Sauve qui peut ! ou bien comme il renverserait la table.

C’est ce qui arrive précisément au maire de Nogent-sur-Marne, qui répète à l’envi et à l’approche des élections que je suis « incompétent ». Au moins s’arroge-t-il… la « compétence » d’en juger ! Or, qui est compétent pour juger qu’un autre ne l’est pas ? Je pose la question sérieusement. Selon moi, un procès en incompétence ne peut être instruit que sur la base de critères objectifs. C’est, pour un réquisitoire éclair, la moindre des choses.
« Incompétent »…mais médecin
Pour ma part, je suis titulaire d’un doctorat. D’un doctorat en médecine, exactement. C’est-à-dire que j’ai été objectivement reconnu comme ayant intégré le fonctionnement du corps humain et les manières de le soigner. Au passage, je rappelle que le corps humain est le meilleur exemple d’ensemble constitué et soumis à des règles indiscutables de gouvernance.

« Incompétent »…mais créateur d’une entreprise leader
Mais souffrent d’inaptitude à agir pour le bien commun –en matière économique et sociale – ceux qui oublient l’importance de la création de valeurs et d’emplois. Pour ma part, j’ai créé – à l’âge de 23 ans – ma première entreprise, CMV Médiforce qui est aujourd’hui leader dans son secteur d’activités. J’ose ajouter que celle-ci est pérenne. Au passage, je rappelle que le leadership d’une entreprise est la meilleure preuve qu’elle est rigoureusement gérée.

« Incompétent »…mais élu par les Nogentais
Cependant, la reconnaissance étant partie intégrante de la définition de la compétence, je me suis soumis, en 2008, au suffrage des électeurs. Ceux-ci m’ont accordé leur confiance un mandat durant (et jusqu’au bout). Alors, ai-je été un bon élu ? Et qu’est-ce qu’un bon élu ?

Je vous donne ma définition. Celui qui a, du début à la fin d’un mandat, défendu le projet sur lequel les citoyens l’ont élu. Je réponds jusqu’à maintenant à ce critère et, je vous l’ai dit ici la semaine dernière, je n’entends pas relâcher mon effort d’ici à mars 2014. J’ai donc jusqu’à présent produit mes meilleurs efforts pour rester cohérent face à tous les obstacles que notre maire a mis sur mon chemin. C’est d’ailleurs au nom de cette cohérence que je me suis, en tant qu’adjoint, en 2009, désolidarisé de plusieurs projets mis en œuvre par Jacques JP Martin (dont la cession des logements sociaux à Valophis).

Lui et moi n’avons pas été élus pour nous-mêmes, mais pour le projet que nous portions ensemble au travers d’une alliance électorale et d’un accord de mandature. Jacques JP Martin ne s’est pas senti investi de cette lourde responsabilité puisqu’il s’est arrogé le droit de changer de projet en cours de route. Les Nogentais nous avaient fait confiance à tous deux pour respecter une feuille de route. Le maire de Nogent-sur-Marne n’a pas tardé à trahir cette confiance, en traçant son propre chemin.

La compétence politique commence là. Parce que la cohérence et la loyauté sont les critères qui à mes yeux ouvrent droit à faire valoir ses autres compétences. La compétence politique, c’est être autorisé à (faire autorité pour) mettre en œuvre celles-ci.

Oh, je comprends que Jacques JP Martin m’instruise ce procès sans fondement et qu’il ait chargé son équipe d’en faire la publicité. A la veille des municipales de mars 2014, le maire de Nogent-sur-Marne a, en effet, envie de renverser la table. Au point qu’il ait une nouvelle fois et à deux reprises coupé mon micro lors du dernier conseil municipal.

Les conditions d’un large rassemblement réunies
«Conseil municipal laborieux» pendant lequel, a posteriori, lui-même ne s’est pas « trouvé bon » face à moi. Et en un tweet me voici adoubé comme leader de l’opposition municipale… et c’est Jacques JP Martin qui me consacre ! Trop énorme…c’est le maire de Nogent-sur-Marne qui fait savoir publiquement qu’il a un adversaire politique compétent et capable de défendre les intérêts des Nogentais !

Mais Jacques JP Martin se trompe sur un point. Si je suis en effet celui qui peut incarner la possibilité d’une alternative à la gouvernance de notre ville, je ne suis pas son seul adversaire politique. J’ai avec moi, chaque jour, de plus en plus de Nogentais.

Ce sont tous ceux qui veulent créer, à mes côtés, les conditions du changement que j’incarne. Tous ceux qui savent déjà que ma priorité est de rassembler. Et demain, tous ceux, citoyens et forces politiques républicaines, qui se demandaient encore aujourd’hui si j’étais prêt à les accueillir pour transformer cette possibilité historique à Nogent.
Voilà, je leur ai répondu.

Et je serai au rendez-vous du prochain Conseil Municipal mercredi 10 juillet à 20h à la Scène Watteau pour défendre notre qualité de notre cadre de vie gravement malmené dans le projet de PLU (Plan Local d’Urbanisme) présenté par la majorité municipale.

Commentez cet article sur mon blog

Be Sociable, Share!

A propos de l'auteur