Avec 817 euros/habitant Nogent-sur-Marne est la 5éme ville la plus taxée du Val-de-Marne

Avec 817 euros/habitant Nogent-sur-Marne est la 5éme ville la plus taxée du Val-de-Marne
Be Sociable, Share!

Cette semaine, je veux revenir sur la fiscalité qu’assument les Nogentais. La vraie, celle que vous venez de recevoir et qui sort de votre porte-monnaie. En effet, je ne peux pas laisser dire aux Nogentais – à grand renfort de communication coûteuse – que celle-ci a été « stabilisée » pendant cette dernière mandature et qu’elle est parmi les « villes les moins imposées » du Département.
lire le communiqué sur le site de la ville

La démonstration est rapide. En 2004, la fiscalité locale a augmenté de 50%. Lors de cette dernière mandature, celle-ci a baissé de 10%. C’est donc l’augmentation faramineuse initiale qui a été modérée. La surcharge fiscale reste de plus de 40%  depuis 2006. Il ne s’agit évidemment pas d’une « stabilisation » de la fiscalité. Au contraire, il continue de peser une énorme surtaxe sur les foyers fiscaux nogentais.

C’est cette chape de plomb qui est stable, et… depuis 2004 ! Un maire a le devoir d’informer loyalement ses administrés. Il a aussi le devoir de ne pas les désinformer. Rien –pas même les considérations intéressées – ne doit le faire déroger à l’adoption de cette ligne de conduite. Au nom du respect de ses administrés et au nom du respect de la fonction qu’il occupe.

Or en tordant dans son communiqué, les statistiques pour leur faire dire l’inverse de ce qu’elles disent, le Maire sortant a franchi un cap que nous ne pouvons pas accepter. En effet, Nogent au regard des chiffres publiés dans le journal le Parisien ressort avec un montant moyen de taxe d’habitation de 817 euros/habitant comme la 5éme ville la plus lourdement taxée du Val de Marne (Juste avant la ville de Saint-Maur dont on connaît les difficultés financières et loin de la ville du Perreux avec 650 euros).

Maintenant que les choses sont dites en toute transparence, je pose une deuxième question : à quoi a servi cette pression fiscale locale ? Autrement dit, nous Nogentais avons-nous eu un « retour sur investissement » ? Cet argent qui nous appartenait nous a-t-il été utile ? Nous l’ a-t-on rendu en places de crèches, en classes d’écoles, en places de stationnement ?

La réponse est globalement non. Or, notre argent a été dépensé. Tant et si bien que la Ville a maintenu (ce qui n’a rien à voir avec de la « stabilisation fiscale ») cette surtaxe de 40%. L’argent des Nogentais n’a permis que très partiellement à la Ville de payer ses contentieux.

Demain, il va lui permettre de régler la condamnation de la ville dans « l’affaire avec le concessionnaire des parkings »… dont il n’est toujours pas fait état sur le site de la ville.
Voilà, le Nogentais s’acquitte en moyenne de 817 € d’impôts, mais la Ville n’investit pas assez. Le Nogentais s’acquitte en moyenne de 817 € d’impôts, et la Ville paie encore pour des « affaires » qui remontent à l’ère Nungesser (1991).

Dans un récent rapport, la Cour des comptes fustige la fiscalité des collectivités locales. Leur gestion est trop souvent dépensière quand elle n’est pas tout simplement clientéliste.

Dans le secteur privé, des aberrations comme celles qui sont commises à Nogent ne se pourraient pas ou pas sur une si longue durée. Vous savez que je suis issu du secteur privé. Je peux vous certifier qu’il n’existe pas deux manières de tenir des comptes. Comme il n’existe pas deux manières d’être responsable. Même si je suis tenté d’accorder une plus grande valeur symbolique à l’argent public.

En effet, il incarne les espoirs des citoyens. Payer des impôts pour sa cité n’est pas parier, mais contribuer au bien-être commun. Payer des impôts est un devoir… qui donne des droits.
Commentez cet article sur mon blog

Be Sociable, Share!

A propos de l'auteur