Nouvelle interview sur le site « Le Lanceur » : « Il faudrait interdire le téléphone jusqu’à 14 ans »

Nouvelle interview sur le site « Le Lanceur » : « Il faudrait interdire le téléphone jusqu’à 14 ans »
Be Sociable, Share!

Merci au journaliste Antoine Sellières du site « Le lanceur » pour cette nouvelle interview. C’est le cinquième article que ce média en ligne en pointe sur le scandale sanitaire et industriel du Phonegate publie depuis décembre 2016. Avec le choix de ce titre, je ne vais pas me faire beaucoup « d’ami(e)s » parmi les jeunes…mais rappelons-nous surtout que c’est une recommandation de l’Agence nationale de sécurité sanitaire et environnementale (ANSES) dans son rapport de juillet 2016. Et que pour l’instant les pouvoirs publics n’ont rien fait pour informer les utilisateurs de téléphones portables des risques pour leur santé et en particulier celles des enfants. N’hésitez-pas à relayer largement autour de vous pour sensibiliser les consommateurs et faire bouger le nouveau gouvernement sur ce sujet.

L’article du site Le Lanceur

Danger des portables : “Il faudrait interdire le téléphone jusqu’à 14 ans”

13 septembre 2017  Par Antoine Sillières


Après des mois de procédure contre l’Agence nationale des fréquences radio (ANFR), le lanceur d’alerte Marc Arazi a obtenu la publication de tests alarmants quant aux émissions d’ondes des téléphones portables. Il milite aujourd’hui pour une refonte complète du système de contrôle et de l’encadrement légal.

Après le chien, c’est le meilleur ami de l’homme. Les téléphones portables, que nous trimballons partout, zieutons plusieurs dizaines de fois par jour et conservons sans muselière au creux de notre poche ou de notre main, parfois jusque dans notre sommeil, pourraient-ils nous jouer un mauvais tour ? Au coeur des inquiétudes, les ondes qu’émettent nos chers portables. L’OMS les classe en tant que “cancérogènes possibles pour l’homme”. Faute de recul, l’impact de ces ondes à long terme demeure inconnu. Mais elles doivent tout de même respecter certaines normes.

En France, c’est l’Agence nationale des fréquences radio (ANFR) qui veille à la conformité des produits mis sur le marché. Mais, en 2016, l’agence a refusé de publier toute une série de tests effectués par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Des tests d’émission d’ondes au contact du corps, et non à plusieurs millimètres comme c’est habituellement le cas. Or, lors de ces tests effectués en conditions réelles d’utilisation (on téléphone généralement avec le combiné collé à l’oreille et l’on pianote portable en main), les seuils limites étaient dépassés par une grande majorité d’appareils.

lire la suite sur le site du Lanceur

Be Sociable, Share!

A propos de l'auteur