N’attendons pas 2030 !

N’attendons pas 2030 !
Be Sociable, Share!

C’est clair, les résultats de la très attendue étude « Interphone » ne vont pas permettre de trancher. Devant les enjeux en terme de santé publique, cette absence de conclusion m’interpelle : même s’ils confirment que la téléphonie mobile comporte des risques, les experts n’arrivent pas à tomber d’accord ni à établir de préconisations précises. Au point qu’ils en appellent à une nouvelle étude dont les résultats seraient connus en… 2030. Pour moi, il n’y a pas de temps à perdre, nous devons mettre en place rapidement des campagnes d’information et de prévention, notamment auprès des plus jeunes.

L’Afsset et Priartem sur la même longueur d’onde

Gérard Lasfargues, directeur général adjoint scientifique de l’Association Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail (Afsset), s’est exprimé auprès de l’AFP de manière très claire : « on ne peut pas du tout éliminer un risque au vu de cette étude ». Il rappelle que l’étude « Interphone », menée à partir de 1999, est fondée sur des données anciennes : il y a dix ans on utilisait beaucoup moins les portables qu’aujourd’hui et on était considéré comme utilisateur intensif avec 1/2 heure d’utilisation par jour.

Pour Priartem et Agir pour l’Environnement, nous soulignons quand à nous que cette étude portait sur des sujets adultes et rappellons que le cerveau des enfants et des adolescents emmagasinent les ondes électromagnétiques jusqu’à 60% de plus qu’un cerveau d’adulte.

Quand on sait qu’aujourd’hui la plupart des gens et notamment les jeunes passent plusieurs heures tous les jours le portable vissé aux oreilles, cela pourrait presque faire sourire s’il ne s’agissait pas d’un sujet si grave… Cette étude me confirme dans l’idée que nous devons mettre en place au plus vite des campagnes d’information et de prévention, particulièrement auprès des ados.

Mardi 18 Mai, le journal télévisé de France 2 a consacré un reportage à cette étude :

Des règles de précaution à suivre sans modération

N’attendons pas 2030! C’est dès aujourd’hui, si vous ne le faites pas déjà, qu’il faut adopter des gestes simples mais précieux pour minimiser les risques lorsque nous utilisons nos portables. N’hésitez pas à diffuser ces quelques règles de précaution toutes simples autour de vous, cette fois sans modération.

Quelques règles de précaution toutes simples

Quelques règles de précaution toutes simples

photo par Alain Bachelier

Be Sociable, Share!

A propos de l'auteur